23/05/2007

"Oh t'es pas douce toi !"

Voilà ce qu'on ma dit. A cause de mes manières un peu brusques peut-être. Ou peut être parce que je suis agressive. Alors que je voudrais pas. Mais est-ce que vous savez comment je marche ? Combien je lutte pour être un tant soit peu dure et non pas douce, précisement. Que oui je préfererais me blottir plutot que de brandir mes petits poings ridicules. Que j'aimerais me laisser approcher sans faire le hérisson. Et pourquoi je tergiverse toujours trois plombes avant de dire ce dont jai envie (quand encore je le dis). Ou que je m'amuse à noyer le poisson dans l'eau sous un flot de bêtises pour éviter de répondre directement à la question. "Viens pas me déloger de ma carapace quand j'hiberne, d'avance désolée pour mes coups dans tes lanternes". Je suis agressive ou tout du moins brusque lorsque je ne sais pas ce que je veux ou tout simplement que je ne sais pas réagir. Alors que je creverais d'envie de douceur précisement. Mais ca fait mal d'être doux. Parce qu'il faut s'ouvrir. Parce qu'on laisse la possibilité à autrui de nous faire du mal. Oui malgré tout je m'ouvre, oui je laisse la possiblité de s'apporcher, un peu. Mais de trop près j'ai peur, faudra m'apprivoiser.horst corset

22:57 Écrit par Ici & maintenant dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/05/2007

 

Le temps file. A tout vitesse, à toute allure. Une heure autour d'une bière c'est trop court. Un week end à jouer de la guitare aussi. Même une semaine de cours, c'est trop rapide. Tout juste le temps d'assimiler. Et puis 24h pour une journée c'est pas assez. Tout comme 7 jours dans une semaine. etc. Il faudrait avoir le don d'ubiquité. Et griller tous les feux rouges qui ne servent à rien. Ha ha. Envie d'être avec elle, celle qui me comprend toujours ou quand elle ne comprend pas ne me juge pas. Puis quand la géographie s'en mêle, ca aide pas. Si je pouvais aller à l'essentiel. Mais on est toujours pourris par des détails matériels qui font qu'on perd du temps, encore. Et malgré ce manque de temps précisément, je trouve le moyen parfois de m'ennuyer. Quand je sais que j'ai envie de quelque chose sans trop bien savoir quoi. Quand j'ai peur d'aller dormir alors que je tombe de sommeil. Quand j'attends un train ou quelqu'un. J'ai envie de retourner au lit. On est en fin d'après midi pourtant. Je me raisonne. Je marchande avec moi même. Moi j'suis une mademoiselle Bulle, qui chante dans le métro. Je passe pour une folle et après ? Je chantais pas fort pourtant. Et puis le "pays des tombes" si glauque, avec des chauve-souris, ou des pierres brisées, ou des couloirs de plaques, avec quelques bougies rouges disséminées. Ca fait peur. J'ai toujours plus ou moins peur de toute manière. mais je le cache plus ou moins bien. Comme tout. A fleur de peau, à fleur des sens, mais c'est beau. Bonne nuit je retourne rêver puisque je n'aime toujours pas le dimanche et que je n'ai aucune bonne raison de me lever. mainsaudessustombePS : Je remercie par avance le futur 10 000ème visiteur de se manifester, ca changera rien mais ca me fera plaisir :)

18:01 Écrit par Ici & maintenant dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

03/05/2007

Upside down

Je pense que j'ai bien fait de partir. Certes mes amis me manquent, ma famille aussi. Oui je voudrais passer plus de temps avec eux, oui ma ville me manque, les bars où j'ai "l'habitude" d'aller, le tramway nantais, etc etc. Mais je crois que c'est ce dont j'avais besoin. L'adaptation a été plus dure que prévue il faut bien le reconnaître j'en ai passé des soirées à pleurer. Mais j'ai appris à dire que je m'en foutais. Que non désolée, j'ai un train à prendre (ha ha métaphore de circonstance pour dire que j'ai des occasions à pas louper), que j'attendrais pas sur le quai. De toute manière je pleure sur les quais de gare, que voulez-vous va pourtant bien falloir que je m'y fasse. Appris a être un peu moins terre à terre, un peu plus joyeuse, ca me fait pas de mal je crois. Oh bien sûr je reste fondamentalement la même, celle qui se fond dans le décor. Mais comment dire... alors qu'avant je me faisais toucher par les détails qui font mal, je m'efforce de m'attacher à ceux qui me font sourire. C'est pas évident, car ce n'est pas spécialement dans ma nature, mais j'essaie, et ma foi, ca marche pas trop mal. " Keep smiling" n'exagérons rien je vais pas devenir pleine de joie de vivre, sans jamais faire la tête non c'est pas moi. Mais être plus légère de temps à autre, c'est bien. D'où mes derniers posts. Pourtant lire ca chez les autres m'agace. Si tel est votre cas, je comprends fort bien. "J'ai des hauts, des bas, j'suis folle et ca se voit". En ce moment c'est plutôt haut. Profitons.folle-avoine-detail

22:44 Écrit par Ici & maintenant dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |